agrisudouest

Coup de
projecteur

header-image header-image header-image scroll down

Agri Sud-Ouest Innovation, militant de l’innovation

L’agroraffinerie et la valorisation des co-produits des productions agricoles, l’efficience des systèmes de productions (que ce soit sur le machinisme ou les procédés agroalimentaires) et enfin l’optimisation des intrants, tels que l’eau, les fertilisants ou encore les phytosanitaires, sont les trois axes technologiques forts de développement sur lesquels parie Agri Sud-Ouest Innovation, le pôle de compétitivité spécialisé dans l’agriculture et l’agro-industrie. Un pari pour l’heure réussi puisque, à la veille de sa prochaine assemblée générale, son Président Daniel Segonds, peut se targuer, sans fausse modestie d’être le leader en la matière au niveau national.

Avec une zone d’influence qui couvre le territoire de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, l’assemblée générale alternant logiquement entre Bordeaux et Toulouse se tiendra cette année dans la ville Rose, le 22 mars prochain. L’occasion d’un débat, en présence de Franck Riboult, Président du Conseil d’administration du Groupe Danone sur « les défis d’un leader mondial de l’agroalimentaire », mais aussi de dresser un bilan de l’action du pôle de compétitivité.
Agri Sud-Ouest Innovation

Un bilan plutôt flatteur, comme le détaille, Daniel Segos, qui aime à présenter Agri Sud-Ouest Innovation, et ses quelques 346 adhérents, dont 240 PME, comme « les militants de l’innovation ». Et pour cause, depuis sa création en 2007, 371 projets ont été labellisés ou agréés par le pôle et parmi eux, 39 ont reçu la reconnaissance, et les financements du Fonds Unique Interministériel (FUI). Un record au regard des autres pôles de compétitivités intervenant dans les mêmes domaines qu’Agri Sud Ouest Innovation. « Et sur ces 39 projets FUI, 6 ont été obtenus en 2015, et 11 sont le fruit de co-labellisations avec des pôles de secteurs différents », ajoute le Président. Depuis 2008, ce sont ainsi 824 M€ de recherches qui ont été financées, drainant 320 M€ de subventions publiques (soit environ 40 %) dont 133 M ont déjà été obtenus, « le tout permettant d’irriguer l’ensemble du territoire des deux régions », précise Daniel Segonds.

« Deux régions », qu’il faut encore pour l’heure entendre au sens ante 2016. Pour autant la nouvelle donne territoriale, n’est pas un sujet tabou pour l’équipe de Sud Ouest Innovation, mais pas à n’importe quel prix. « Nous sommes prêts à accueillir des entreprises venues de l’élargissement des régions, mais seulement si on en a les moyens. On ne peut pas risquer de faire l’impasse sur la qualité de nos services en se diluant ». En d’autres termes, le pôle de compétitivité demande des moyens complémentaires, aux régions qui l’abritent, désormais Aquitaine Limousin Poitou-Charentes d’une part, et Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon d’autre part. Une suggestion déjà faite auprès des exécutifs régionaux respectifs qui semblent selon Daniel Segonds avoir fait « bon accueil » à la proposition…. L’assemblée générale où sont annoncés le Président Alain Rousset et la Présidente Carole Delga, sera peut être pour les participants, l’occasion d’en savoir un peu plus…

Sensibiliser les jeunes à l’innovation en agriculture et agroalimentaire

Mais au-delà des aspects institutionnels, ce rendez-vous du 22 mars, est également, l’occasion de la remise du Prix Agri Sud Ouest Innovation des Lycéens 2016. 600 élèves de première, Teminale et BTS de 28 classes venant de 16 établissements d’enseignement général ou agricole, éliront le projet le plus novateur parmi trois proposés par le pôle. Une manière de sensibiliser les jeunes générations à l’importance et aux multiples visages de l’innovation, y compris dans les secteurs agricole et agroalimentaire.

Premier projet en lice cette année : le projet Komplantes porté par la société Caribou TG, qui vise à la réduction des intrants chimiques dans les traitements sanitaires des élevages, par le développement d’une gamme de compléments alimentaires naturels issus d’infusions de plantes kéfirée (plante d’Asie centrale) permettant de développer la résistance des animaux. Des premiers essais réalisés sur 2 ans, sur divers type d’élevage ont pu parvenir à une réduction atteignant jusqu’à -80 % de produits antibiotiques sur certains d’entre eux….
Deuxième projet soumis au vote des lycéens : Demos, qui outre la labellisation Agri sud ouest innovation, a également bénéficié de financement européen « SME instrument », du programme européen Horizon 2020. Objectif ici : développer et intégrer dans une unité de production, le premier démonstrateur micro-ondes de cuisson de graines oléagineuses, permettant de conserver la qualité des graines, avec une cuisson en 3 minutes contre 40 minutes selon les processus actuels. Une rupture technologique dans la préparation des graines et des huiles.
Enfin, le projet Stevianov, portée par la SICA, l’Epi Salvagnacois est un des projets financés par le FUI, et est le 3e projet soumis aux lycéens. Il s’agit ici rien de moins que de développer une nouvelle filière agricole française en concevant et constituant une « agrochaine » (concept cher au pôle de compétitivité…) de la plante Stevia, dont on peut extraire un édulcorant intense. Il s’agit donc ici de valoriser la plante sur l’ensemble de la chaîne de valeur, partant de l’aval (transformation alimentaire et non alimentaire) vers l’amont (production de la Stevia par la mise en place d’un système de culture mécanisé).
Trois projets qui promettent sans doute des résultats serrés dans le choix des lycéens, dévoilés mardi.

 

Consulter l’article de presse

©Aqui.fr par Solène Méric, publié le 18 mars 2016 – Crédit photo ©Pixabay

 

En savoir plus sur la filière agroalimentaire à Pau Pyrénées ?

LA FILIERE AGROALIMENTAIRE