PlanèteProf Interview

Coup de
projecteur

header-image header-image header-image scroll down

PlanèteProfs

La plateforme de cours en ligne par visioconférence.

Paul et Vincent Escudé, fondateur de PlanèteProfs veulent ubériser l’éducation. Ils proposent des formations et des cours en ligne par visioconférence. Faisant partie du programme la Banquiz, qui est un accélérateur de start-ups numériques, ils ont bénéficié d’un accompagnement dans leur création d’entreprise. C’est dans ce cadre là, que Paul Escudé a répondu à nos questions.


PlanèteProf Interview 3Qui es-tu, quel a été ton parcours ?

« Je m’apelle Paul Escudé, j’ai 25 ans. Je suis né et j’ai grandi à Pau avant d’aller faire une classe prépa à Montaigne, à Bordeaux et mes études supérieures à Montréal au Canada et à Melbourne, en Australie. Je me suis spécialisé dans le marketing et dans les TIC. Une fois mes études terminées, je suis rentré au « bercail » pour reprendre l’entreprise familiale avec mon frère Vincent : les Cours Pieber. Les cours Pieber ont été créés à Pau par nos parents il y a 33 ans, nous sommes présents à Pau, au Pays basque et à Tarbes. Depuis maintenant 2 ans, nous avons créé une startup avec mon frère : PlanèteProfs. »


PlanèteProf Interview 5Tu as développé la plateforme PlanèteProfs, en quoi ça consiste et à qui est-ce adressé ?

« PlanèteProfs est une plateforme de cours particuliers et collectifs par visioconférence en maths, physique-chimie, français et langues étrangères, de la 6ème au Baccalauréat. Les élèves et les professeurs se connectent à la plateforme et peuvent faire une séance de cours depuis leur ordinateur grâce à leur micro et leur webcam. Le professeur n’a plus à se déplacer, l’élève n’a plus à recevoir. Cela répond à certaines contraintes majeures dans le cours à domicile (prix, disponibilité du professeur, sécurité, intimité, efficacité pédagogique). Notre métier, au-delà des cours donnés sur la plateforme et que nous faisons depuis 33 ans, est le suivi des élèves : s’assurer de leur bonne progression, du bon apprentissage des méthodes de travail, faire en sorte que leurs notes augmentent. Nous proposons également aux élèves un Chat avec nos professeurs toute la journée, directement sur leur smartphone, tous les jours, dès qu’ils ont une question ou un exercice sur lequel ils bloquent (à la maison, dans les transports en commun, juste avant un contrôle). »


PlanèteProf Interview 4Comment l’idée est-elle venue, qu’elles ont été tes craintes, doutes ?

« Chez PlaneteProfs, nous sommes partis d’un constat. Aujourd’hui, un enfant français passe chaque année entre 900 et 1200 heures à l’école, qu’il voit souvent comme une contrainte, contre 1500 heures devant son écran d’ordinateur, sur lequel il s’informe, joue et s’amuse. Nous voulons se faire rencontrer ces deux mondes : c’est-à-dire permettre aux élèves français de progresser scolairement, de façon ludique et efficace, sur leur ordinateur et leur smartphone. Nos premiers élèves étaient des expatriés français à Londres, pour qui il était très difficile de trouver un professeur particulier. Nous nous sommes alors rendu compte que la solution de cours par visioconférence s’adapte très bien à un public expatrié pour lequel il n’y a pas de professeur particulier disponible à proximité et c’est ce qui a donné naissance au nom du projet.
Je n’ai ni de crainte ni de doute sur ce projet. Je suis conscient que les cours particuliers par visioconférence sont l’avenir du soutien scolaire (et de la formation professionnelle). »

PlanèteProf InterviewQuelles sont les évolutions à prévoir à court, moyen et long terme ? 

« Pour la rentrée de septembre 2016, nous prévoyons deux chantiers :
•  L’application mobile PlanèteProfs ;
• Le développement de notre activité de formations professionnelles (langues, bureautique photoshop) par visioconférence et élargir notre offre (comptabilité, management).
Sur le plus long terme, l’objectif de PlanèteProfs est d’être une véritable « école en ligne », que des élèves qui n’ont pas le choix que de suivre leur scolarité entièrement depuis chez eux (ou bien qui préfèrent tout simplement cette solution), puisse le faire. »

Qu’est-ce que t’a apporté l’accélérateur « la banquiz » ? 

« Notre vision pour ce projet, en particulier en ce qui concerne la technologie sur laquelle nous travaillons, est celle du partage et de la collaboration. Nous sommes partisans des technologies open source et c’est dans ce cadre que nous avons été lauréats de la Banquiz et que nous avons pu intégrer la première promotion de l’accélérateur à la Technopole Hélioparc à Pau. Grâce à la Banquiz, nous avons un accompagnement inestimable pour une startup comme la nôtre, gratuitement. En particulier, la banquiz supporte :
• Des locaux à Hélioparc ;
• Une ambiance de travail optimale au coeur de l’innovation et dans un environnement technologique qui est un catalyseur ;
• Des experts qui nous donnent de précieux conseils et nous permettent d’avoir une meilleure stratégie quant à l’évolution du projet :
• Un lien particulier avec les grandes entreprises et les institutions de la région. »


PlanèteProf Interview 2Tu as commencé l’aventure avec ton frère, Vincent, aujourd’hui combien de personnes travaillent avec vous ?

« Aujourd’hui nous travaillons avec plusieurs collaborateurs. Outre nos parents, qui nous apportent leur précieuse expérience de plus de 33 ans dans le soutien scolaire, nous travaillons avec Samuel qui est le développeur web de l’équipe et un partenaire financier, quatre responsables pédagogiques suivent au quotidien l’évolution de nos élèves. Nous avons fait le choix d’avoir un corps professoral restreint pour être au plus proche des professeurs et avoir la crème de la crème. Nous travaillons aujourd’hui avec un réseau de 50 professeurs. »

Envisages-tu un développement à l’international ?

« Nous suivons déjà des élèves à Londres, à Lausanne ou encore Madrid. Notre solution est particulièrement adaptée aux élèves expatriés (plus de 320000 élèves dans les collèges et lycées français de l’étranger). A terme nous ovulons ouvrir deux bureaux commerciaux à l’international : un à Londres où habitent plus de 300 000 français et un à Lausanne-Genève, où une heure de cours particulier peut coûter plus de 90€. »

PlanèteProf Interview 6Que penses-tu de l’entreprenariat en France aujourd’hui ?

« Je pense que la France regorge de talents : ingénieurs, commerciaux visionnaires et que notre pays va s’imposer comme le pôle mondial de la tech. Les français sont très entrepreneurs et iconoclastes. De plus, au niveau des compétences techniques, il paraît que les grandes boittes américaines sont toutes composées de marqueteurs anglo-saxons et d’ignénieurs français. Aussi, nous avons la chance immense que notre écosystème français propose de nombreuses aides et accompagnements aux startups. Peut-Être qu’un coup de pouce fiscal (sur les salaires et la R&D par exemple), plus important de l’Etat à l’égard des startups et des starters pourrait doper la croissance dans le secteur. »


Pour finir, quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite entreprendre ? 

« La vie d’entrepreneur c’est un chemin sinueux pavé de leçons. Je pense qu’on ne peut pas apprendre ces leçons à l’école ou de la bouche de quelqu’un d’autre, il faut pratiquer pour les apprendre et les comprendre. Cela étant, pour moi, les clés de la réussite sont :

• Lancer vite son produit et se confronter rapidement au marché
• S’entourer des bonnes personnes ;
• Se documenter, apprendre et innover constamment : une entreprise qui ne progresse pas, c’est une entreprise qui régresse :
• Et comprendre ce que veulent ses utilisateurs et ses clients. »

 

Logo Planète Profs

En savoir plus sur PlanèteProfs
Suivez-les sur Facebook et Twitter

 

Crédit photo ©PlanèteProfs ©InvestinPauPyrénées

 

 

22 juin 2016

Précédent :

Suivant :