Vincent Michaud

Témoignage

scroll down

Vincent Michaud

« Chez la Famille Michaud apiculteur, notre force aussi, c’est de produire des miels stables qui ne sèchent pas » Président Directeur général de la Famille Michaud apiculteurs pour SudOuest.fr

La famille Michaud devient le premier producteur de miel au monde

Cette société familiale d’apiculteurs, installé à Gan, près de Pau, a réussi le tour de force de passer premier producteur mondial de miel. Elle réalise près de 130 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Famille Michaud apiculteur02Il y a peu encore, Vincent Michaud, PDG de Famille Michaud apiculteurs rechignait à donner le chiffre d’affaires de son entreprise. Il arguait que cette obligation de publier les comptes pénalisait les entrepreneurs français, notamment face à leurs concurrents allemands qui n’y sont pas obligés. Mais cette année, le dynamique patron de la société spécialisée dans la vente de miel à grande échelle consent à donner des chiffres. Avec 120 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014 et un CA qui devrait atteindre les 130 millions en 2015, il a fait de son entreprise familiale le premier producteur mondial de miel.

Devant les producteurs américains

Si l’activité miel n’est pas encore structurée autour de géants – on produit près de 2 millions de tonnes dans le monde, Michaud apiculteurs truste plus de 20 000 tonnes -, la performance n’est pas anodine. Avec plus de 100 000 unités (des conserves en verre aux pots en plastique), l’entreprise s’est hissée à la première place mondiale en 20 ans. Aux Etats-Unis, par exemple, les plus gros producteurs pèsent 70 millions de dollars. Et partout dans le monde, ce sont surtout de petits producteurs qui dominent. Ce qu’était d’ailleurs l’entreprise béarnaise lorsqu’elle fut lancée en 1920 par l’arrière grand-père de Vincent Michaud à Pau. Depuis Michaud apiculteurs a déménagé à Jurançon, puis Gan, sur les hauteurs de Pau, dans une usine flambant neuve où la mécanisation est reine. Dans l’entreprise qui héberge 240 personnes (des laboratoires à l’emballage), on sort plus de 35 000 pots de miel à l’heure.

A la pointe de l’innovation

Pour entamer sa croissance, Michaud fut le premier à sortir des cartons un vieux brevet de valve en silicone. Le miel ne coulait plus et restait bien liquide. L’idée a depuis été reprise par les moutardiers et les fabricants de ketchup. « Notre force aussi, c’est de produire des miels stables qui ne sèchent pas », explique Vincent Michaud, qui n’oublie pas d’investir régulièrement dans la R&D. Si la consommation de miel ne cesse de progresser en France comme en Europe, ce qui permet une croissance régulière, Michaud Apiculteur sait varier ses gammes. Avec ses « miels l’Apiculteur », elle développe aussi une gamme de produits du terroir, de la lavande de Provence aux fleurs des Pyrénées. Des produits, qui connaissent une croissance à deux chiffres, au point que Michaud est en train de développer le concept en Espagne (El Apicultor) et bientôt en Italie.

Une fondation pour soutenir les producteurs

Enfin, le dernier combat de Vincent Michaud consiste à soutenir la production française, qui s’est effondrée depuis les années 1990. Voilà un an et demi, il lançait une fondation, Lune de miel, sous l’égide de la Fondation de France, dans laquelle l’entreprise consacrera 100 000 euros pendant 5 ans pour soutenir des programmes de recherche pour les abeilles, ou encore des projets d’installation de ruchers. Bref, avec Vincent Michaud, les idées bourdonnent comme dans une ruche !

EXE_LOGO_FM_2014

 

Consulter l’article de presse

Source de l’article : @Sudouest.fr le 13 novembre 2015
Crédit photo ©LE DEODIC DAVID

 

Découvrir la filière agroalimentaire

10 février 2016

Suivant :